Présidence de l’Assemblée nationale : «Ma candidature est portée par toute la coalition Yaw» (Barthélemy Dias)

C’est maintenant officiel ! Barthélemy Dias a mis fin à la rumeur, ce dimanche 11 septembre 2022, veille de la rentrée parlementaire de la 14e législature. Le maire de Dakar a officialisé sa candidature à la présidence de l’Assemblée nationale. 
 
«Les résultats des élections législatives du 31 juillet 2022 ont révélé une évidence : la coalition présidentielle est minoritaire», souligne-t-il d’emblée. Avant d’ajouter : «Cette victoire de l’opposition ne ferait pas sens, si nous n’arrivons pas à opérer, à partir de l’Assemblée nationale, les ruptures radicales et à réaliser les transformations structurelles fondamentales que notre pays ne peut différer sans risquer de se perdre.»
 
«C’est en mesurant avec gravité les défis qui nous attendent, mais également avec responsabilité et humilité que je vous annonce ma candidature pour la présidence de l’Assemblée nationale», a déclaré Barth. 
 
Une déclaration qui lève le voile sur l’absence de consensus au sein de Yewwi Askan Wi, puisque le député-maire de Guédiawaye, Ahmed Aïdara, a également officialisé sa candidature au perchoir dans une note adressée à la presse, hier. 
 
Cependant, précise Barthélemy Dias qui tend la main à «tous les députés de la présente législature» : «Ma candidature est portée par toute la coalition Yewwi Askan wi.» 
 
Le candidat à la présidence du pouvoir Législatif en a profité pour décliner ses ambitions, une fois à la tête de l’Assemblée nationale. «Nous voulons une Assemblée qui redonne le pouvoir au peuple. (…) Une Assemblée qui garantit une gestion transparente et rationnelle des ressources publiques dans l’intérêt de notre pays», indique Barth qui s’engage à «ouvrir une ère inédite en matière de gouvernance et de politique publique». 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Ligue des champions CAF : Casa Sport domine Js Kabylie et prend une petite option
Next post Kolda : Les deux pêcheurs maliens assassinés, enterrés en présence de leurs parents