Nigeria : le président Buhari désarmé face à l’insécurité généralisée

A six mois de l’élection présidentielle, une pluie de critiques s’abat sur le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, jugé incapable d’enrayer l’insécurité généralisée dans le pays le plus peuplé d’Afrique embourbé dans une spirale d’attaques meurtrières.

Muhammadu Buhari, 79 ans, apparaît désarmé et effacé face aux violences quotidiennes des bandes criminelles et groupes djihadistes qui sévissent dans le Nord du pays et qui se rapprochent désormais de la capitale. Et alors même que l’ancien général a annoncé ne pas se représenter en février 2023 après son second mandat.

« Il y a une pression croissante à travers toutes les couches de la société sur la nécessité de résoudre l’insécurité qui sévit dans le pays », souligne Idayat Hassan, directrice du Centre for Democracy and Development« Le problème actuel est que personne n’est en sécurité dans le pays », insiste Idayat Hassan. « Les djihadistes, qu’on croyait vaincus, sont de retour et ils attaquent désormais le pays même dans le siège du pouvoir ».

Le mois dernier, le groupe Etat islamique a revendiqué l’attaque d’une prison située à l’extérieur d’Abuja, la capitale, libérant des centaines de détenus à seulement 40 km du palais présidentiel et de l’aéroport international. Située dans le centre du Nigeria, Abuja est à des centaines de kilomètres du nord-est, où opèrent généralement les groupes djihadistes, capables désormais de frapper hors de leur fief.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Seydi Gassama : «L’Etat du Sénégal ne peut pas réguler les réseaux sociaux»
Next post Affaire des 49 militaires arrêtés au Mali -Boga Sako : “Régler diplomatiquement sans que cela n’entrave la bonne collaboration qu’il y a entre nos deux pays”