Lutte contre le trafic de crack à Paris : Gérald Darmanin à Dakar ?

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est félicité mercredi du bilan de la préfecture de la police de Paris sur le dossier brûlant du crack dans la capitale avec 128 arrestations en un mois et a annoncé qu’il se rendra en Afrique de l’Ouest. Si le ministre français n’a pas indiqué ses destinations exactes, l’on peut légitimement penser que Dakar figurera dans son agenda. Le Journal du Dimanche, révélait que “de jeunes sénégalais ont le quasi-monopole du trafic de crack dans le Nord-Est parisien”. Rappelons aussi la sortie très controversée de Eric Zemmour en mai 2021. « Tous les trafiquants de crack sont Sénégalais », affirmait le polémiste français. 
 
La France subit actuellement les contrecoups du trafic de cette drogue. Entre le 20 juillet et le 20 août, 128 personnes ont été interpellées, soit trois fois plus que l’année dernière à la même période, a indiqué le ministre, précisant que le « volume de crack saisi en quinze jours correspond à la totalité du volume qui a été saisi pendant l’année 2021 ».
 
« C’est bien, mais ce n’est pas suffisant, vous savez qu’il va falloir frapper beaucoup plus fort, le crack n’a pas besoin d’être réduit mais anéanti », a déclaré Gérald Darmanin, affirmant que le crack « reste le plus grand sujet de Paris ».
 
« Il faut démanteler les filières, je me rendrai bientôt en Afrique de l’Ouest pour avoir un dialogue franc avec les pays concernés et créer les conditions de reconduite très rapide des trafiquants dans leurs pays d’origine », a également annoncé M. Darmanin, ajoutant vouloir interpeller les consommateurs dans les rues.
 
Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a annoncé 200 millions d’euros pour préparer la sécurité lors des JO 2024 en France, notamment pour la « stratégie anti-drone », « la menace terroriste de demain » selon le ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Présidentielle 2024 : Benno Bokk Yaakaar avertit Ousmane Sonko, Karim Wade et Khalifa Sall
Next post Constitution de groupe parlementaire dans l’opposition : le décryptage de Doudou Wade