Lettre du jour : Une formidable opportunité de clarification (Par Adama NDIAYE)

Pape Diop a franchi le Rubicon. Après quelques semaines d’atermoiement, le chef de file de la coalition Bokk Gis Gis a décidé de rallier le groupe parlementaire Benno Bok Yakaar, assurant ainsi une majorité, certes étriquée,mais une majorité quand même, au Président de la République, Macky Sall. Ce ralliement, comme on pouvait s’y attendre, a déclenché quelques cris d’orfraie, du reste compréhensibles. Il y a quelques semaines, lors de la campagne électorale, Pape Diop a dressé un tableau peu reluisant du Sénégal de Macky Sall et battu campagne au nom de la rupture.  “Il y a eu une seconde alternance en 2012 mais les changements ne sont pas notables. En vérité, on assiste à un recul sur tous les plans. J’ai fait le tour du pays, mais rien n’a changé”, déclamait-il.  Deux semaines après, le voilà qui part à Canossa…

Mais au-delà des considérations morales et éthiques, le revirement de Pape Diop offre une chance de redessiner les cartes et d’offrir plus de clarté dans l’échiquier politique.

Quoiqu’on en pense, Pape Diop a plus d’affinités avec Macky Sall, Idrissa Seck, Souleymane Ndéné Ndiaye, Modou Diagne Fada, qu’avec Ousmane Sonko, Barthélémy Dias, Guy Marius Sagna. Les retrouvailles libérales, tant chantées par Serigne Mbacké Ndiaye, et  auxquelles Macky Sall semble travailler ardemment par des décisions autant politiques que symboliques, doivent se concrétiser. Mais pour que cela ait du sens, il faut que Abdoulaye Wade, à son tour,  bénisse et parraine ses retrouvailles.

Seulement en a-t-il intérêt ?

Après tout, Macky Sall est une bête blessée, qui semble plus proche de la fin comme l’attestent les dernières élections locales, mais surtout le récent scrutin législatif. Le Pape du Sopi pourrait légitimement continuer à miser sur le cheval Yewwi Askan Wi pour prendre une revanche sur le destin et repositionner son fils, Karim Wade.

N’empêche, une fusion APR/PDS aurait le mérite d’en finir avec cette détestable manie des alliances de circonstance qui donne des airs de tambouille aux différentes coalitions politiques.

Trois blocs

Trois blocs doivent se dessiner autour des anciennes sensibilités politiques historiques.

Un bloc “libéral” constitué de l’Alliance pour la République et du Parti démocratique Sénégalais (PDS).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Fass : Gris Bordeaux poussé vers la sortie
Next post Habib Niang félicite et encourage Pape Diop qui a rejoint Bby.