Le Monument de la Renaissance, le Guide du routard et la colère des héritiers de Ousmane Sow

Les héritiers du défunt sculpteur sénégalais, Ousmane Sow, sont en colère contre le célèbre Guide du Routard. C’est Jeune Afrique qui relate l’information. Objet de la fâcherie, dans l’édition la plus récente du guide, il est écrit :  « Sur la deuxième colline s’élève le monument dédié à la renaissance africaine. Inauguré en 2010, il a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Voulue par Abdoulaye Wade et exécutée par le grand sculpteur Ousmane Sow (qui s’est ensuite brouillé avec Wade), cette grande sculpture haute de 52 mètres, figurant un couple africain avec son enfant, tous trois dressés vers le ciel, a suscité les critiques de toutes parts : l’opposition et la rue, dénonçant les fortunes englouties dans le projet (l’équivalent d’une vingtaine de millions d’euros, même si ce sont des ouvriers nord-coréens qui ont fait le gros œuvre en échange de terrains dans Dakar !), un collectif d’imams critiquant l’apparence dénudée de la femme représentée et le caractère « non islamique » de l’ensemble, sans compter que Wade touchait une partie des recettes des visites… C’est comme si Mitterrand avait touché des royalties sur la Grande Pyramide ou Pompidou sur le centre Beaubourg… Le style rappelle l’époque du « réalisme socialiste »… »

Le hic : Ousmane Sow n’est pas à proprement parler le concepteur de l’édifice. Certes, le sculpteur avait réalisé la maquette du projet initial, “mais face aux exigences et aux idées du président Wade, il ne l’avait jamais véritablement rendue”, précise JA.

«  À l’origine, c’était mon projet. Je voulais créer un lieu vivant – et son pendant aux États-Unis, racontait le sculpteur en 2009. J’en avais parlé à Abdoulaye Wade, quand il n’était pas encore président, un jour où je mangeais chez lui. Plus tard il m’a dit qu’il voulait faire une statue plus grande que celle de la Liberté, à New York, sans même se demander si le sol pouvait la porter. Aujourd’hui, je demande à l’avance pardon aux Sénégalais pour ce qu’ils vont voir. Les Nord-Coréens sont en train d’apprendre à leurs dépens que réaliser une sculpture avec un paysage, ce n’est pas faire le portrait de Kim Il-Sung?! ».

Les héritiers de Ousmane Sow ont, ainsi, écrit aux éditeurs pour faire part de leur mécontentement. « Ces informations, outre qu’elles sont totalement erronées, sont dommageables à Ousmane Sow étant noté que le rédactionnel afférent fait état à l’égard du dit monument de « critiques de toutes parts », de « fortunes englouties », d’un caractère supposément « non islamique », de « détournement de royalties », soutiennent David Sow et Ndeye Marina Sow. Ils ont par ailleurs formulé un certain nombre d’exigences : “ Sans délai, intervenir pour que soit supprimé le nom d’Ousmane Sow, et s’il y a lieu les commentaires dénoncés ci-dessus, partout où ce nom ou ces commentaires figurent, dans tous les supports de communication sous votre contrôle dédiés à ou reliés à votre guide (en particulier sur le net). Dans les meilleurs délais ; insérer un feuillet rectificatif dans l’intégralité des exemplaires en stock de l’édition actuelle du guide en cause ; y annoncer la suppression future des mentions ici dénoncées, lors d’édition(s) à venir. À terme ; supprimer à l’occasion de la prochaine édition, en tous exemplaires dudit guide, toute référence au nom et à l’œuvre de M. Ousmane Sow, dans la page citée de l’article cité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Afrique du Sud : une ville entièrement blanche, survivance de l’apartheid
Next post Dakar-Gambie : les terribles révélations du «Choupy», une trafiquante notoire d’ecstasy