Pour exiger leur recrutement, les étudiants des CRFS décident de la fermeture des différents centres et prévoient le boycott des examens de certification

Ils ont quitté Thiès, Saint-Louis, Matam, Kaolack, Tamba entre autres pour retrouver leurs camarades de Ziguinchor et clamer leur amertume. Ces étudiants des Centres Régionaux de Formation en Santé (CRFS) exigent des autorités étatiques d’être recrutés dès l’obtention de leurs diplômes et réclament la connexion de leurs centres dans le système LMD, pour avoir les mêmes prérogatives que leurs camarades de l’ENDSS. Ces étudiants ont émis l’intention de boycotter les examens de certification prévus dans quelques jours.
 
« Difficile voire même impossible de comprendre qu’on parle de déficit du personnel de santé et que des recrutements par clientélisme politique (…) et que l’État même organise des concours d’infirmiers, de sages-femmes et d’assistants infirmiers pour les laisser à la merci des hôpitaux sans recrutement ni rien », déplore Aljouma Sy, étudiant au CRFS de Thiès. Le porte-parole du collectif de ces étudiants des différents centres régionaux de formation en santé se demande:  » À quoi sert cet investissement de l’État », si c’est pour les former et après les laisser poireauter au niveau des hôpitaux? ». Pour ces étudiants, enfin de compte, ce sont les populations qui paient les pots cassés, du fait du mauvais accueil qui leur est réservé au sein des hôpitaux, et des soins de mauvaise qualité qu’elles reçoivent parce que ceux ou celles chargés de faire se travail ne sont pas recrutés et ne peuvent pas correctement faire leur travail. Ainsi, ils étudiants réclament des autorités leur recrutement dès l’obtention de leurs diplômes.
 
Leur porte-parole, Aljouma Sy, demande l’application du système LMD, leur deuxième point de revendication. Ils disent ne pas comprendre passer le même concours que les étudiants de l’ENDSS – Ecole Nationale de Développement Sanitaire et Social -, et à la fin, que ces derniers sortent avec une licence professionnelle leur permettant d’exercer au Sénégal et à l’extérieur et que eux, issus des CRFS, ne peuvent qu’exercer au Sénégal du fait de leur diplôme. Une injuste que ces étudiants demandent de corriger, car non seulement ils ne peuvent que faire le travail au Sénégal, en plus ils ne peuvent continuer leurs études avec leurs dipilôme. 
 
Ils réclament un diplôme académique et professionnel comme à l’Endss. En guise de protestation, ces étudiants ont décidé de la fermeture des CRFS jusqu’à nouvel ordre. Ils envisagent même le boycott des examens de certification prévus dans quelques semaines, si les autorités étatiques ne réagissent pas selon Aljouma Sy. Les étudiants des CRFS ont choisi Ziguinchor pour lancer ce cri de cœur en présence des députés nouvellement élus du département de Ziguinchor à savoir Guy Marius Sagna et Oulimata Sidibé, qui disent être de tout cœur avec eux et comptent soumettre leur cas une fois à l’Assemblée nationale. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Hôpital Le Dantec : Marie Khémesse Ngom Ndiaye dessine le schéma de redéploiement des malades et praticiens
Next post Peste des petits ruminants : Un taux de vaccination de 40 % attendu au Sénégal