ORCHESTRE NATIONAL : PERPÉTUELLE RECONQUÊTE D’UN PASSÉ GLORIEUX

L’Orchestre national avait réussi un coup de maître à ses débuts en décembre 1982. Il avait produit une prestation mémorable qui  marque le début d’un rayonnement sur la scène musicale nationale et internationale. Cette formation qui a reçu plusieurs distinctions et traitée avec tous les honneurs à l’époque  peine  actuellement  à  renouer avec les succès de la période glorieuse. Malgré tout, l’aventure continue.   

L’Orchestre national évoque de beaux souvenirs. Ses chansons comme ses chorégraphies sortent du registre ordinaire. Tout est originalité. Les musiciens comme les danseurs et danseuses jouaient leur partition dans cette quête perpétuelle d’une composition et d’une chorégraphie  envoûtantes. Ses chorégraphies ont marqué les esprits et convaincu plusieurs membres de jury au Sénégal comme à l’etranger. Ce groupe a glané partout des médailles et des distinctions. C’était le porte-étendard de la musique Sénégalaise.

Même à  ses débuts, cette formation  a placé la barre très haute. On se rappelle de sa prestation mémorable lors d’une soirée de Gala présidée par Abdou Diouf, Chef de l’Etat de l’époque. C’était en 1982.  Cette prestation en présence du corps diplomatique accrédité au Sénégal a été appréciée de tous y compris par la presse. Après ce coup de maître, le Président Abdou Diouf officialisa la création de cette formation musicale. Derrière cette intention, il y avait le souci d’insertion des produits du Conservatoire National de Musique et d’Art Dramatique. Rattaché au Ministère de la Culture, l’Orchestre National est  placé sous le contrôle d’un administrateur général et un chef d’orchestre.

Sa principale mission, c’est de valoriser la musique sénégalaise dans sa diversité. Pour ce faire, il doit mener des recherches sur la musique sénégalaise dans sa diversité.

Selon le musicien et chef d’orchestre, Thierno Sarr, l’Orchestre National a toujours animé les grands événements de l’État à travers des cérémonies officielles organisées par le gouvernement.

Le talent de certains de ses membres peut s’apprécier par la sollicitation de leurs services par les grands noms de la musique. Parmi ces derniers figurent Salif Keita, Manu Dibango, Youssou N’Dour, Alpha Blondy…

Cette période glorieuse semble s’éloigner. Thierno Sarr regrette que le groupe mythique ne soit plus traité avec les honneurs.

 » Au temps du Président Abdou Diouf, l’Orchestre National était au cœur des cérémonies officielles et des activités artistiques organisées par le gouvernement. Aujourd’hui, nous sommes un peu écartés de toutes ces activités. Nous voulons que l’Orchestre National retrouve sa place dans le paysage culturel » a-t-il fait savoir.

Pourtant, aucune formation musicale ne peut mieux que l’Orchestre national assurer la mission de la sauvegarde et de la valorisation des rythmes et chants traditionnels de notre répertoire de la musique traditionnelle.

L’Orchestre national de par ses prestations à l’extérieur du Sénégal a permis de renforcer les relations culturelles entre le Sénégal et les autres pays.  Aujourd’hui, la reconquête de ce passé glorieux passe par l’exploration d’autres genres.

C’est ainsi que la section Jazz qui après des mois de recherche et d’ateliers va régaler les mélomanes avec son  »Jazz Made In Sénégal  » qui sera dans les bacs prochainement.

Tout compte fait, l’Orchestre est sollicité. En mai 2022, ses membres ont accompagné  avec succès des vedettes internationales telles que  Khoudia Diop de la Mauritanie,Jemiriye des États-Unis, la congolaise Nina Wateko .  C’est  lors du FIGAS INSTANTS PLURI’ELLES. Alors pendant le  Festival International de Musique et des Arts de Dakar, l’orchestre était au cœur du spectacle à côté de grandes stars comme Askia Modibo du Mali , Vivi Makado de la Côte d’Ivoire,  et Virginie Dembélé du Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Tabagisme : au Sénégal, on fume maintenant à partir de 7 ans
Next post Sénégal : cinq chiffres clés sur le tabac