Foules de fidèles à Touba pour le pèlerinage annuel du Magal

Une foule nombreuse de fidèles ont convergé, ce jeudi, sur la ville sainte de Touba, dans le centre du Sénégal, dans le cadre des célébrations annuelles de la confrérie des mourides.

Le pèlerinage du Grand Magal commémore l’anniversaire de l’envoi en exil, par les autorités coloniales françaises, du fondateur des mourides, Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), dit Serigne Touba. Ce pèlerinage obéit à la forte recommandation faite par le Saint homme, durant l’année 1921. «Quant aux bienfaits que Dieu m’a accordés, ma seule et souveraine gratitude ne les couvre plus. Par conséquent, j’invite toute personne que mon bonheur personnel réjouirait à s’unir à moi dans la reconnaissance à Dieu, chaque fois que l’anniversaire de mon départ en exil le trouve sur terre», lançait le fondateur du Mouridisme.  Cheikh Ahmadou Bamba avait donné le sens de cette célébration, après les années d’épreuves passées au Gabon (envoyé à la déportation par les autorités coloniales françaises de 1895-1902), en Mauritanie (de 1903 à 1907),   les cinq autres années  de résidence surveillée à Thieyène, dans le Djolof (de 1907 à 1912) ou encore les années à Diourbel (1912-1927). Cheikh Ahmadou Bamba endurait des épreuves, chaque fois que revenait le jour anniversaire de cette date du «18 Safar».

Dimension politique et sociale

Ce rendez-vous incontournable attire généralement des centaines de milliers de pèlerins qui célèbrent la mémoire de Bamba en récitant ses poèmes en priant sur sa tombe.
Pour rappel, Cheikh Ahmadou Bamba a fondé la ville sainte de Touba en 1888. Désormais forte de 1,5 millions d’habitants, elle est devenue la deuxième ville la plus peuplée du Sénégal après Dakar, la capitale.

Outre son caractère religieux, le Magal a aussi une dimension politique, des hommes politiques de premier plan s’y montrant. C’est aussi moment de rencontres et d’échanges sociales et économiques. Mais surtout une occasion solennelle pour le guide des Mourides d’aborder des questions d’actualité et de donner des directives et des orientations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Quand le Maire Cheikh Gueye chante Serigne Touba
Next post Champ pétrolier Sangomar : le message de Woodside à «la communauté des pêcheurs»