Supposé renvoi de l’Iressef de l’Aibd : Les Précisions du ministère de la Santé

Le ministère de la Santé et de l’action sociale a apporté des précisions sur l’information donnée par Source A et repris par la presse en ligne dont Seneweb faisant état d’un supposé renvoi » de l’Iressef de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) au profit de l’Institut Pasteur de Dakar (IPD) pour les besoins du dépistage de la Covid-19 des pèlerins de retour au Sénégal.

À travers un communiqué de presse, le service communication dudit ministère a jugé nécessaire de « rétablir les faits », soulignant que les équipes de l’Iressef, pré-positionnées au hangar des pèlerins et à l’aérogare, continuent toujours d’opérer sur les lieux. « Elles sont visibles sur les lieux et les visiter éviterait de publier des informations erronées », lit-on dans ce communiqué, qui relève que durant la période de la pandémie de Covid-19, l’Iressef avait effectivement en charge la région de Thiès incluant l’Aibd pour le dépistage, mais cette activité, régie par un accord de partenariat avec le ministère de tutelle, est devenue caduque avec la déclaration de fin de pandémie.

La même source de rappeler que depuis cette déclaration de fin de pandémie de Covid-19 en 2022, le mandat régulier de surveillance épidémiologique du coronavirus SARS-CoV-2 est totalement et entièrement dévolu à l’Institut Pasteur de Dakar (IPD).

Ce qui fait, selon le ministère de la Santé, que le dépistage occasionnel de passagers à l’aéroport est rentré dans le cadre de la surveillance sentinelle des coronavirus assurée exclusivement par l’Institut Pasteur de Dakar (IPD) qui est d’ailleurs centre de référence de l’OMS pour le coronavirus SARS-CoV-2 au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

Maintenant, « revenant à la situation actuelle, lorsque la Division de la surveillance a reçu le signal par rapport au risque de propagation de la Covid-19 avec le retour des pèlerins, elle a eu le réflexe de mobiliser les équipes de l’Iressef pour une installation sur les lieux indiqués pour le dépistage. Cela a dû créer un malentendu avec l’IPD qui avait la mission et le mandat de s’occuper de cette question », lit-on. dans cette note. Celle-ci souligne que dans le souci d’équité et de préservation de l’honneur des deux institutions, le ministère chargé de la Santé a jugé nécessaire de faire intervenir l’une des structures au niveau du hangar des pèlerins et l’autre au sein de l’aérogare pour surveiller les vols réguliers et ainsi ne pas faire attendre trop longtemps les pèlerins de retour souvent trop épuisés par un long voyage.

Les services du ministre Ibrahima Sy ont, par ailleurs, admis que cette proposition a été mal prise par l’Iressef dont le responsable a exprimé son désaccord.

Alors, « pour éviter des tiraillements entre les deux instituts et la cacophonie, l’Iressef est invité à continuer les activités de dépistage jusqu’à la fin du retour des pèlerins le 30 juin. Ensuite l’Ipd reprendra ses prérogatives en matière de surveillance sentinelle des coronavirus SARS-CoV-2 », indique-t-on dans ce document parvenu à Seneweb.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Copa America : le Brésil accroché par le Costa Rica
Next post Rond-point Case-ba : Un pêcheur tombe avec 1kg de chanvre indien