Série «Rebelles» : le plan B de Marodi

La direction de la cinématographie a mis son veto sur la diffusion de «Rebelles», qui était prévue hier, mercredi. Cette production, qui semble évoquer le conflit casamançais, n’a pas obtenu l’autorisation pour être servie au grand public. «Une injustice» de l’avis de Massamba Ndour, le directeur général de Marodi, la maison productrice de la série.

S’il reste optimiste, espérant que «l’autorité reviendra à de meilleurs sentiments», ce dernier a prévu un plan B au cas où les choses ne bougent pas. «On ne va pas investir autant d’argent pour, en retour, faire n’importe quoi, assure Massamba Ndour dans un entretien avec L’Observateur. (…) Marodi est une boîte panafricaine. On a une communauté en Côte d’Ivoire, peut-être qu’on va délocaliser là-bas. Si aujourd’hui, on ne veut pas de cette production, on va l’exploiter ailleurs.»

Mais le patron de Marodi ne préfère pas cette option. Il dit : «Cette production est, de base, faite par des Sénégalais. On n’a jamais filmé la Casamance ainsi. Il faut que les Sénégalais consomment d’abord cette production.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Education : une centaine d’écoles privées de rentrée scolaire le 6 octobre
Next post Installation des commissions sans heurts: Amadou Mame Diop magnifie la maturité des députés