Séparation des jumelles siamoises : Les détails de 3H Chrono couronnées de succès

Après les deux cas de séparation de siamois en 2003 et en 2018, à Dakar, les équipes du centre hospitalier national d’enfants Albert Royer ont réussi, de nouveau, à sauver deux jumelles siamoises qui sont aujourd’hui bien portantes. L’intervention chirurgicale a coûté plus d’1,3 million de francs CFA, entièrement pris en charge par l’État, très rare, elle a été effectuée, le 9 août 2023, avec succès. Le temps de l’intervention chirurgicale a duré 3 heures chrono.
 
Chef du service chirurgie pédiatrique, le  Professeur Gabriel Ngom est revenu sur le  déroulement de l’intervention chirurgicale des jumelles siamoises. Plusieurs réunions ont été planifiées avec les chirurgiens pédiatres, les médecins anesthésistes réanimateurs, les pédiatres et les radiologues. L’objectif, c’est de définir la prise en charge et le canevas à suivre pour la séparation des siamoises. C’est ainsi que l’intervention a été prévue le 9 août et réalisée avec succès.
 
Une planification sur base de diagnostic
Les jumelles siamoises étaient séparables.  La conclusion avait  été faite par l’équipe de coordination de l’intervention. Cela, après plusieurs  réunions de planification. Ainsi, le professeur Gabrielle Ngom et Cie ont  retenu la date du 9 août 2023. Toutes les équipes étaient au complet. L’équipe d’anesthésie, de chirurgie mais également l’équipement paramédical qui est au bloc. Pour ce genre d’intervention, il y a trois possibilités  que le professeur Ngom explique.  En effet, la première,  c’est  qu’avant la naissance, on se rend compte que les jumelles très tôt ne sont pas séparables. Dans des cas pareils, les pays qui ont une certaine législation permettent de procéder à l’interruption de la grossesse. Mais ce n’est pas le cas au Sénégal. La deuxième  possibilité, c’est que les siamois présentent un problème particulier ou l’un d’eux, qui peut retentir sur l’autre. En ce moment, l’opération est faite immédiatement. La troisième possibilité concerne les planifications et l’opération qui est prévue par les chirurgiens. Les siamois ont une meilleure chance de réussite quand l’opération est programmée. « C’est le cas de nos jumelles » précise en outre le docteur Ngom.
 
3 Heures Chrono pour une intervention réussie à 100%
Elles sont reçues au bloc le 9 août 2023. Le premier temps de cette séparation a été le temps anesthésie, pendant 1h30.  Ce temps est essentiel surtout dans le cadre du confort post opératoire des patients parce qu’il permet de recevoir de nouveaux nés après la séparation qui n’ont pas du tout mal.  Ça a duré plus que le temps chirurgical.
 
Le temps chirurgical était uni par le sternum. Il a trois parties, la partie supérieure, la partie point et la partie inférieure.  Les jumelles étaient unies par la partie inférieure. Le deuxième organe commun c’est le foie, qui est l’organe le plus volumineux du corps. Sa séparation nécessite qu’on tienne compte de son fonctionnement. Il fallait donner à chaque siamoise son foie normal avec tous ses attributs. C’est ce qui faisait essentiellement la difficulté de l’opération. La fusion entre les deux jumelles constituait la difficulté principale. Ce qui nous a le plus aidés, est qu’entre les deux fois, il y avait une zone de démarcation. C’est cette zone qui nous permettait de dire fallait passer par là. 
C’est différent de la séparation des siamois de 2018 où il n’y avait aucune zone de séparation entre les deux foies. On est passé par cette zone de démarcation pour séparer le foie. Tout ce qu’un foie doit avoir pour que l’être vive normal, elles l’ont eu. On a réalisé la séparation de ces siamoises en faisant attention au cœur qui était un peu derrière pour ne pas le blesser. Cela constituait une autre difficulté de la séparation. L’autre difficulté résidait dans la fermeture du ventre. Parce qu’on ne devrait pas fermer sous tension. On a fait le test pour voir si on pouvait fermer sans tension et cela a réussi. L’opération s’est bien déroulée. L’anesthésie a duré 1H 30, la chirurgie 1h 20 ce qui fait un total de 3H de temps pour la chirurgie des siamoises.
 
L’historique des siamoises
 
Pour sa part, le docteur Doudou Guèye chirurgien pédiatre a retracé l’historique des siamoises depuis le moment du diagnostic jusqu’à l’intervention chirurgicale du 9 août 2023. A l’en croire, la malformation a été décelée par une échographie faite à l’hôpital Keur Massar à l’âge de 4 mois de grossesse. Puisqu’il s’agit d’une anomalie rare, la mère est transférée à l’hopital Dalal Jaam qui est un hôpital de niveau supérieur pour un meilleur suivi. Une césarienne est ensuite programmée le 4 septembre 2022 et naquirent deux jumelles siamoises bien portantes avec un poids de naissance de 5600 grammes. Elles ont été  hospitalisées au service néonatalogie de l’hôpital Dalal Jam pendant 45 jours pour une infection néonatale qui a été prise en charge par le Dr Daouda Ndour qui est le pédiatre de l’hôpital.  Elles ont été transférées à l’âge de 4 mois au service de chirurgie pédiatrique de l’hôpital d’enfants Albert Royer.
 
 A leur admission, elles ont bénéficié d’un examen clinique et paraclinique avec une série de radiographies, scanner qui ont permis de savoir que ces deux jumelles étaient accolées par le foie et le sternum (l’os qui sépare la poitrine en deux parties). « Comme il s’agit d’une malformation très rare et qui peut en cacher une autre. Nous avons fait d’autres examens pour chercher d’autres anomalies notamment une échographie cardiaque, abdominale, une radiographie des os, ces examens sont revenus normaux ».
 
Le professeur  Ndeye Aby Ndoye, chirurgienne pédiatre, coordonnatrice de l’opération relate que chaque opération a des risques et des complications. Elles peuvent survenir à tout moment. Et cela fait partie de la prise en charge. A l’en croire, les jours qui ont suivi  l’opération ont fait l’objet d’un bilan et une surveillance clinique.  Heureusement tout se passe bien. «  On n’a pu démarrer l’alimentation par la bouche. Et il n’y a aucun souci sur le plan médical. Aujourd’hui elles sont à côté de leur maman dans une cabine d’hospitalisation. Et la surveillance se poursuit et elles se portent très bien » note-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post L’invite d’Aminata Touré à Ousmane Sonko : « Il faut vivre pour continuer à combattre ! »L’invite d’Aminata Touré à Ousmane Sonko : « Il faut vivre pour continuer à combattre ! »
Next post LA CEDEAO NE SAUTERA PAS LE PAS (PAR CHERIF DIOP)