«Propos misogynes, discriminatoires…» : cinq choses à savoir sur «l’imam radicalisé sénégalais» expulsé par la France

Le prêcheur est arrivé à Dakar ce mercredi 10 juillet par vol Air France. Il est victime de la loi immigration, récemment adoptée par les députés français. L’Observateur a brossé son profil.

1. Victime de la loi immigration

Le ministre de l’Intérieur français jubile : «Désormais, avec la loi immigration et la loi contre le séparatisme que j’ai portées, nous avons la possibilité d’expulser des imams radicalisés en 24 heures.» Gérald Darmanin faisait ce rappel en annonçant l’arrestation, pour renvoi dans son pays, d’un prêcheur établi à Troyes, qu’il a présenté en «imam radicalisé sénégalais», qui tenait «des propos misogynes, discriminatoires envers les femmes».

2. Ahmadou Kaba

L’imam en question, déclaré proche des Frères musulmans, se nomme Ahmadou Kaba, selon L’Observateur, qui a réussi à l’identifier. Âgé de 37 ans et ancien éducateur sportif, ce dernier était connu à Troyes, particulièrement au sein de la communauté musulmane de la ville. Gérarld Darmanin rapporte qu’il prêchait que «les femmes doivent rester chez elles, que les musulmans ne doivent pas se mélanger aux non-musulmans». «Ces personnes n’ont rien à faire sur le territoire de la République», tranche le premier flic de France.

3. Dakar, par vol Air France

Si tout s’est déroulé comme prévu, Ahmadou Kaba est depuis ce mercredi à Dakar. «L’imam en question, rapatrié par les autorités françaises vers son pays d’origine, le Sénégal, arrive ce mercredi à bord du premier vol d’Air France attendu à l’aéroport Blaise Diagne (AIBD) aux environs de 20 h 30. À son arrivée, il sera procédé aux formalité d’usage d’enregistrement…», confirmaient des sources anonymes de L’Observateur.

4. Récidive   

Ahmadou Kaba serait un récidiviste. Il «a été éconduit d’une première mosquée troyenne pour avoir voulu imposer sa vision radicale de l’islam. Il a ensuite recommencé dans une seconde, sans succès», signale la préfecture de Troyes, reprise par L’Observateur. La même source souligne que le prêcheur sénégalais était «connu des services de l’État français, qui ont fini par le fichier pour ses discours radicaux, qui entraînaient des troubles dans les mosquées troyennes, des messages incitant à une pratique intolérante et rétrograde de l’islam».

5. Procédure accélérée        

Le sort de Ahmadou Kaba a été scellé en moins d’un mois. La commission départementale d’expulsion, réunie le 26 juin dernier, s’est déclarée favorable à son renvoi dans son pays. Lundi dernier, le maire troyen, François Baroin, appuie cet avis en adressant au ministre de l’Intérieur une lettre dans laquelle il pointe les prêches de Kaba, une «situation préoccupante que l’on ne saurait laisser perdurer au sein de la ville de Troyes». Le même jour Gérarld Darmanin, prenant la balle au bond, signe un arrêté actant l’expulsion du mis en cause pour ce mercredi 10 juillet. L’imam sénégalais sera arrêté à 7 heures 20 minutes à son domicile et conduit au commissariat de Troyes. Après notification de l’arrêté prononçant son expulsion, Ahmadou Kaba sera embarqué le soir dans un vol Air France. Direction : Dakar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Copa America : Grosse bagarre entre joueurs uruguayens et supporters colombiens
Next post Affaire des rugbymen français: le récit terrifiant de l’avocate de la victime présumée