Obligations légales envers leurs employés : La CJRS invite les patrons de presse à la raison

La Convention des jeunes reporters du Sénégal (CJRS) condamne le fait que certaines entreprises de presse utilisent leur situation fiscale pour se dérober de leurs obligations légales envers leurs employés. En ce sens, la CJRS invite au respect des droits des travailleurs. 

 
« La CJRS constate avec une très grande désolation l’attitude irrespectueuse des entreprises de presse à l’égard de leurs personnels. Cette situation est d’autant plus désolante et grave qu’elle intervient en cette veille de fête de la Tabaski qui est très importante pour ces pères, mères et soutiens de familles… Conformément aux dispositions pertinentes du droit OHADA, en particulier de l’acte uniforme portant Code des procédures collectives, quand une entreprise n’arrive plus à honorer ses obligations envers ses créanciers y compris les travailleurs, elle doit être soumise à une procédure de redressement judiciaire ou de liquidation des biens », lit-on dans un communiqué de la CJRS. 
 
Pour la convention, l’État n’a pas le droit de laisser ce statu quo perdurer au détriment des travailleurs. 
 
Le communiqué de la CJRS fait suite à la note de la Direction générale d’Emedia Invest et du groupe Walfadjri qui regrette de ne pouvoir mettre à la disposition de leur personnel une avance de Tabaski en raison de leurs difficultés financières. 
 
« Si l’objectif est vraiment de faire respecter la loi, il n’a qu’à aller jusqu’au bout de la logique. La CJRS demande également à l’autorité de veiller au respect strict du Code de la presse sur les conditions relatives à la gouvernance transparente des entreprises de presse, condition sine qua non pour des entreprises viables et une meilleure administration de l’appui au secteur de la presse. Enfin, la CJRS appelle les patrons de presse à revenir à la raison en respectant scrupuleusement la législation en matière de droit du travail », invite le Bureau exécutif national de la CJRS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post «Il m’a demandé de jouer avec son sexe» : la répugnante histoire du maçon et des deux garçons mineurs
Next post Peter Obi, challenger de Tinubu à la Présidentielle de 2023 : « Le Nigeria coule comme le Titanic »