Niger: le fichier électoral jugé fiable par l’OIF et la Cédéao

Niger: le fichier électoral jugé fiable par l’OIF et la Cédéao

Spread the love

C’est le fichier qui doit servir aux élections générales de fin décembre au Niger. L’OIF et la Cédéao ont eu une semaine pour auditer le fichier et rendre leurs conclusions. Ce vendredi 11 septembre, ils ont effectué une restitution publique de leurs travaux et communiqué leurs recommandations. En l’absence de l’opposition qui a boycotté la séance.

Première satisfaction de l’OIF et de la Cédéao : la mise en oeuvre même du fichier biométrique. C’était une recommandation du précédent audit de 2015. 76% des Nigériens en âge de voter, selon les estimations, ont été enrôlés.

Les auditeurs considèrent que c’est un pourcentage tout a fait acceptable même s’ils recommandent d’inclure, dès que les conditions le permettront, ceux qui n’y figurent pas. C’est-à-dire les habitants de certaines zones frappées par l’insécurité, et la diaspora exclue de l’enrôlement pour cause de pandémie.

Autre recommandation : la radiation de 5 000 électeurs et la restructuration de 400 bureaux dont le nombre d’électeurs est inférieur à 50, ce qui est contraire au code électoral.

Comme elle l’avait annoncée, l’opposition n’a pas assisté à la présentation des conclusions de l’audit. Amadou Ali Djibo dit « Max », dénonce un audit baclé, qui a exclu les partis politiques relegués au seul rang d’observateur. L’opposant, qui est aussi un des porte-paroles de la coalition politique pour l’alternance résume : « Tout est fait pour que le pouvoir se maintienne. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.