L’Europe et la Canada testent le 737 Max: l’horizon se dégage-t-il pour l’avion de Boeing?

L’Europe et la Canada testent le 737 Max: l’horizon se dégage-t-il pour l’avion de Boeing?

Spread the love

Le 737 Max de Boeing est-il sur le point de reprendre ses vols commerciaux? Alors que appelons que l’avion est cloué au sol depuis mars dernier suite à deux crashs (octobre 2018 et mars 2019) qui ont fait 346 morts, c’est au tour l’agence européenne de sécurité aérienne de commencer ses tests de certifications ce 7 septembre.

Depuis les crashs, l’avionneur américain a dû revoir plusieurs systèmes embarqués de navigation, multiplier les tests en simulateur, se plier aux nombreuses demandes de la FAA (Federal Aviation Administration) pour espérer sauver son appareil. Dans le même temps, les grandes compagnies aériennes annulaient leurs commandes les unes après les autres.

Aujourd’hui, Boeing peut afficher un optimisme raisonnable avec la reprise des vols de (re)certification en conditions réelles. Fin juin, après des vols de tests, la FAA publiait un projet de directive de navigabilité comportant quatre nouvelles demandes techniques perçues par les spécialistes comme la dernière ligne droite avant une possible levée de l’interdiction de vol (effective depuis la fin 2020).

Dernière ligne droite

Reste que ce futur probable feu vert ne suffira pas. Traditionnellement, une autorisation de la FAA suffisait à convaincre et rassurer les autres pays quant à la sécurité d’un aéronef. Mais compte tenu du lourd passif du MAX, certains Etats ou union d’Etats comme l’Europe entendent mener leurs propres tests. De quoi encore allonger les délais d’un retour dans le ciel. Exemple avec le Canada qui fin août autorisait des vols de certification afin de déboucher sur une reprise de son exploitation commerciale. Une autorisation néanmoins encore très hypothétique.

« Transports Canada reste déterminé à faire en sorte que les restrictions de vol au Canada demeurent en vigueur tant que le ministère ne sera pas entièrement convaincu que le constructeur et la FAA ont répondu à toutes les préoccupations en matière de sécurité », précisait un porte-parole du ministère.

L’Europe veut aussi effectuer ses propres tests. Fin août également, l’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (AESA) annonçait qu’elle prévoyait de commencer les essais en vol de l’avion à Vancouver, au Canada dans la semaine du 7 septembre.

Signal

« Bien que Boeing ait encore quelques dernières actions à clôturer, l’AESA juge que la maturité globale du processus de refonte est désormais suffisante pour procéder aux essais en vol », déclarait l’agence.

Il s’agira de tester le comportement du système de stabilisation MCAS considéré comme une des causes majeures des deux crashs ayant fait 346 victimes. D’autres tests sur simulateur auront lieu dans le même temps dans un centre de formation et d’instruction de Londres-Gatwick.

Si la multiplication de ces tests prendra encore du temps, ils font clairement figure de lumière au bout du tunnel pour Boeing qui prévoyait en juillet un redémarrage des livraisons de son avion au quatrième trimestre de cette année. De quoi tabler sur une remise en service commercial en 2021.

Première commande en 2020

Cette perspective semble d’ailleurs rassurer les compagnies aériennes. Boeing a ainsi reçu ses premières commandes de l’année pour son 737 Max de la part du polonais Enter (deux appareils plus une option pour deux autres). C’est peu mais c’est un signal pour le secteur.

« Suite aux contrôles rigoureux subit par le Boeing 737 MAX, je suis convaincu qu’il sera le meilleur avion du monde pour de nombreuses années à venir. » a commenté Grzegorz Polaniecki, directeur général de la compagnie.

Et pour défintivement tourner la page de cette histoire douloureuse, Boeing aurait décidé de rebaptiser discrètement en retirant la mention « Max » de l’appareil qui désormais s’appelle « 737-8 ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.