Les ONG s’inquiètent de la situation d’insécurité alimentaire en Afrique australe

Les ONG s’inquiètent de la situation d’insécurité alimentaire en Afrique australe

Spread the love

Avant même la pandémie de coronavirus, la sous-région connaissait déjà de graves problèmes à cause des dérèglements climatiques. Et le Covid-19 a aggravé cette fragilité, avec les nombreuses restrictions liées au confinement, et la crise économique qui a découlé de la pandémie. La situation s’est donc encore un peu plus détériorée, comme l’ont détaillé ces organisations lors d’un point presse.

La zone a déjà subi de plein fouet les effets du changement climatique, ces dernières années, ce qui a rendu les pays plus vulnérables face à l’insécurité alimentaire, selon Chikondi Chabvuta, de l’ONG ActionAid.

« L’Afrique australe a connu les conséquences du dérèglement climatique sans interruption depuis 4 ans, avec des périodes de sécheresse, des inondations, et l’année dernière le cyclone Idai…. La pandémie de Covid-19 a aggravé la situation alors que la région connaissait déjà des problèmes d’insécurité alimentaire et de malnutrition. Et le pire devrait encore être à venir, d’ici les prochains mois. »

Selon Lola Castro, directrice régionale du Programme alimentaire mondial (PAM), les chiffres sont désormais très alarmants : « L’insécurité alimentaire devrait toucher entre 42 à 52 millions de personnes sur la période 2020-2021. Dans 13 des 16 pays de la SADC, on va observer des niveaux d’insécurité alimentaire que l’on a pas vu depuis des années. »

Et parmi les pays les plus vulnérables se trouve le Zimbabwe selon Lola Castro, où l’insécurité alimentaire devrait concerner près de 8,6 millions d’habitants d’ici la fin de l’année. « Le Zimbabwe a les plus mauvais chiffres cette année, à la fois à cause des sécheresses dans la région, mais aussi de l’inflation et la baisse de l’envoi de fonds de l’étranger. »

L’organisation alerte aussi sur la situation au nord du Mozambique : à cause des attaques terroristes, l’insécurité alimentaire y est « particulièrement préoccupante ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.