Le ministère de la Fonction publique et de la transformation du secteur public à travers le Programme d’Appui à la Modernisation de l’administration a lancé, ce jeudi 8 décembre, la cinquième phase de la caravane du Service public. Occasion saisie par le DG de la fonction publique Amadou Matar Cissé accompagné des autorités administratives pour procéder à l’installation du bureau relais de Tambacounda. Selon le DG, cette caravane entre dans le cadre du rapprochement de l’Administration des usagers avec la délocalisation des offres de service. Ainsi, les agents de l’Etat auront la possibilité de se renseigner sur leur situation administrative, de déposer des compléments de dossiers, de bénéficier d’un avancement d’échelon entre autres. Les nombreux orateurs, des enseignants dont Lamine Ndiaye, SG du CUSEMS se sont réjouis de cette épine qui est enlevée de leurs pieds du fait de leurs nombreux déplacements de Tambacounda à Dakar. Ils ont également plaidé pour l’ouverture de points focaux dans les zones les plus reculées comme Moudery, Diawara ou Bakel compte tenu de leur enclavement. Présidant la cérémonie, l’adjointe au Gouverneur Maude Manga a promis d’accompagner le bureau relais. A rappeler que le bureau relais du Service public de la région est logé au sein de l’espace « Sénégal Services » de Tambacounda sis au quartier Liberté.

Le gouvernement du Burkina Faso, issu d’un putsch et qui entend diversifier ses partenaires, a décidé d’octroyer le permis d’exploitation d’une nouvelle mine d’or à la société russe Nordgold, selon un compte rendu du conseil des ministres publié jeudi.
 
Ce permis d’exploitation prévu pour une durée de quatre ans sur le site de Yimiougou (région du Centre nord) couvrant une superficie de 31,44 km2, permettra une production totale estimée à 2,53 tonnes d’or, selon le gouvernement.
La contribution directe de cette production au budget de l’Etat est estimée à 5,3 milliards de francs CFA (8,1 millions d’euros) et 648 millions de francs CFA (environ 1 million d’euros) au profit du fonds minier de développement local.
 
Le groupe russe Nordgold, à travers ses deux filiales, la société des mines de Taparko (Somita) et Bissa gold, exploite déjà trois gisements dans le nord du Burkina Faso, en proie à des violences jihadistes depuis 2015, perpétrées par des mouvements affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique.
 
En avril, Nordgold avait annoncé l’arrêt pour « raisons de sécurité » de la mine de Taparko.
 
Au Burkina, avec environ 70 tonnes par an, et 17 mines industrielles, la production d’or est devenue en une douzaine d’années le premier produit d’exportation du pays, devant le coton.
 
Dans plusieurs pays d’Afrique francophone, Moscou jouit d’un soutien populaire grandissant quand la France, ex-puissance coloniale, y est vilipendée.
 
Le Burkina Faso n’exclut pas de réexaminer ses « rapports » avec la Russie, selon le Premier ministre burkinabè Appolinaire Kyélem de Tembela.
 
« Nous essaierons, autant que possible, de diversifier nos relations de partenariat jusqu’à trouver la bonne formule pour les intérêts du Burkina Faso. Mais il ne sera pas question de nous laisser dominer par un partenaire, quel qu’il soit », avait-il dit le 19 novembre.
 
Et lors d’une rencontre dix jours plus tard avec l’ambassadeur de France, il lui avait lancé: « Les Burkinabè cherchent une bouée de sauvetage pour leur pays et si cette bouée de sauvetage doit provenir d’un autre pays autre que la France, pourquoi pas ? »
 
Depuis le coup d’Etat du 30 septembre qui a porté au pouvoir le capitaine Ibrahim Traoré, des Burkinabé ont à plusieurs reprises manifesté en brandissant des drapeaux de la Russie, pays avec lequel ils souhaitent que leurs nouveaux dirigeants intensifient les relations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Fonction publique : Tamba inaugure son bureau relais
Next post Maroc-Portugal : Gros coup dur pour les Lions de l’Atlas