Le défi pour une relance verte sera remporté ou perdu dans les villes

Le défi pour une relance verte sera remporté ou perdu dans les villes

Les villes abritent 55 % (en anglais) de la population mondiale, et la densité y est extrêmement élevée. Il n’est donc pas étonnant que les villes soient les plus touchées par la COVID-19 : on estime que 90 % (en anglais) de tous les cas signalés se sont produits dans des zones urbaines.

Cette même concentration de personnes implique également que les villes sont le lieu où la bataille pour une reprise verte à la suite de la COVID-19, essentielle pour réduire les risques futurs de pandémie et lutter contre le changement climatique, peut être gagnée.

Les villes sont des viviers d’idées et des lieux où de nombreuses nouvelles techniques visant à réduire le changement climatique, la pollution, l’utilisation des ressources et la perte de biodiversité prennent forme. Avant la COVID-19, de nombreuses villes avaient déjà adopté l’agriculture urbaine, la mobilité électrique et les transports non motorisés, et exploraient les solutions offertes par les bâtiments à émissions zéro, les systèmes de chauffage et de refroidissement de quartier, les systèmes décentralisés d’énergie renouvelable, les solutions fondées sur la nature et les projets de modernisation.

But the same concentration of people also makes cities the places where the battle for a green recovery from COVID-19 – which is essential to reduce future pandemic risks and fight climate change – can be won.

Les milliers de milliards de dollars susceptibles d’être investis dans les plans de relance post COVID-19 peuvent accélérer ces développements.

« Alors que nous préparons notre riposte à la pandémie et travaillons à la reprise, nous considérons nos villes comme des centres pour les communautés, l’innovation humaine et l’ingéniosité », a affirmé le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, lors du récent lancement d’une note politique sur la COVID-19 en milieu urbain. « Le moment est venu de … mieux se redresser, en construisant des villes plus résistantes, inclusives et durables ».

Des économies à l’épreuve du temps

La reprise de COVID-19 offre une opportunité aux économies d’avenir : les villes peuvent assainir leur air, verdir leurs espaces ouverts et adopter des solutions qui contribuent à décarboniser et à réduire l’utilisation des ressources et les impacts connexes sur les écosystèmes, tout en créant de nouveaux emplois.

Une planification et une conception urbaines qui contribuent à créer des villes stratégiquement denses et qui relient le logement à la planification des transports et de l’énergie, ainsi que le gris aux infrastructures bleues et vertes pour exploiter les avantages des solutions fondées sur la nature, seront essentielles.

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) préconise une approche intégrée, reliant la nature, le climat et l’utilisation des sols dans les villes. Le PNUE est l’agence d’exécution du Programme d’impact des villes durables du FEM-7, la plateforme mondiale du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) pour le développement urbain durable (en anglais).

Dans le cadre de ce projet, le PNUE, travaille en collaboration avec C40 Cities, le World Resources Institute et ICLEI- Local Governments for Sustainability, ainsi qu’un certain nombre de villes, dont Freetown, afin de promouvoir des approches intégrées qui comprennent également des solutions fondées sur la nature.

Le PNUE travaille également avec l’ICLEI, par le biais de son Centre de biodiversité des villes (Cities Biodiversity Center), afin de soutenir la gouvernance à plusieurs niveaux afin que les populations et la nature vivent en harmonie dans et autour de nos villes.

« Nous devons poursuivre une reprise économique verte, résiliente et inclusive », a déclaré António Guterres. « En se concentrant sur une transformation écologique élevée et la création d’emplois, les plans de relance peuvent orienter la croissance vers une voie à faible intensité de carbone et résiliente et faire progresser les objectifs de développement durable » (site en anglais).

Kigali, Rwanda
Photo : UN Photo / Rick Bajornas

Changement climatique : la prochaine menace

La nécessité d’une telle action est urgente. Si la COVID-19 est actuellement au centre de l’attention, le changement climatique ne ralentit pas.

Les villes côtières subissent d’ores et déjà des inondations dévastatrices, les conséquences de l’érosion côtière, l’élévation du niveau de la mer et des événements météorologiques extrêmes liés au changement climatique. Les villes souffrent également de températures plus élevées que les zones non urbaines. Aujourd’hui, environ 200 millions de citadins dans plus de 350 villes vivent avec des températures estivales maximales de plus de 35 °C. Le nombre de villes chroniquement touchées par le stress thermique devrait atteindre 970 d’ici 2050. Tous ces facteurs font peser de graves menaces sur la santé et les moyens de subsistance des populations, ainsi que sur nos économies en général.

Si les villes sont vulnérables au changement climatique, environ 75 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone proviennent des villes. Cela signifie que la clé d’une transition décarbonisée est détenue par le maire et les conseillers municipaux. Plus de 70 grandes villes, représentant 425 millions de personnes, se sont engagées à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. C’est un début : 227 villes produisent annuellement plus de 10 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Nous devons quintupler les émissions pour limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C.

La réussite est possible. Les villes possède une longue tradition de réinvention, notamment en réponse aux précédentes pandémies qui ont entraîné la mise en place de systèmes d’égouts, de parcs publics et la réglementation du logement pour améliorer l’assainissement et réduire la surpopulation.

Relier la nature, le climat et l’utilisation des terres

Le parc du centenaire de l’université Chulalongkorn de Bangkok est un parfait exemple de stratégies fondées sur la nature, au croisement de la santé, de la résilience urbaine et des objectifs climatiques. La conception innovante du parc réduit les risques d’inondation en absorbant et en stockant l’eau, qui est ensuite utilisée pour l’irrigation pendant la saison sèche.

Medellin, en Colombie, a adopté la nature comme solution de refroidissement grâce à son projet de « corridors verts », transformant 18 routes et 12 voies d’eau en de luxuriants havres verts d’ombre fraîche. Le projet a permis de réduire la température de surface à Medellin de 2 à 3 °C tout en améliorant la qualité de l’air et la biodiversité.

Building with greenery
Photo : Unsplash / Saxon White

La gouvernance à plusieurs niveaux est cruciale

Les villes et les nations travaillent ensemble au redressement socio-économique par le biais d’une gouvernance à plusieurs niveaux en matière de prise de décision. Les ministres et les maires se sont récemment réunis pour accélérer l’action en faveur du climat lors d’un événement organisé par le PNUE, le Programme des Nations unies pour le développement, ONU-Habitat, le Pacte mondial des maires, l’ICLEI et Cités et gouvernements locaux unis (CGLU).

Plus de 300 participants, dont des ministres d’Italie, d’Indonésie, de Côte d’Ivoire, d’Éthiopie, d’Afrique du Sud et du Chili, et plus de 25 maires et gouverneurs, ont discuté de la coordination en matière de changement climatique, en particulier dans des secteurs clés tels que le bâtiment, les transports, l’agriculture et la gestion des déchets.

Des plans de relance verts

Comme tous les niveaux de gouvernement prévoient une reprise socio-économique, les plans de relance pourraient soutenir la transition des villes vers la décarbonisation. Les investissements urbains peuvent promouvoir des villes compactes, intégrées et à usage mixte qui réduisent la distance entre le lieu de travail et le lieu de résidence. La régénération des espaces verts, le fait de repenser la mobilité urbaine et de promouvoir les transports publics et non motorisés, l’investissement dans la rénovation des bâtiments pour réduire les inégalités contribueront à améliorer le bien-être et à créer davantage d’emplois.

« Les villes se trouvent en première ligne des effets du changements climatique, mais sont aussi des laboratoires de solutions », a déclaré Inger Andersen, directeur exécutif du PNUE. « L’écologisation des villes a des effets bénéfiques sur la santé, contribue à l’atténuation et à l’adaptation au climat et crée des emplois ».

Pour plus d’informations, veuillez contacter Sophie Loran (sophie.loran@un.org) ou Niklas Hagelberg (niklas.hagelberg@un.org)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.