La réaction de la presse internationale après les résultats des législatives

Hier, la Commission de réencensent des votes a publié les résultats officiels provisoires. Benno Bokk Yakaar arrive premier avec 82 députés, suivi de Wallu-Yewwi, qui compte 80 députés. Aar Sénégal, Bokk Guis Guis et Les Serviteurs ont chacun 1 député. Ainsi, l’opposition, dans son entièreté, compte 1 député de plus que le pouvoir. Ce qui a été considéré comme un échec pour Benno et Macky Sall par la presse internationale d’autant plus qu’il y a 5 ans, Benno avait 125 députés.

La coalition Wallu Sénégal sort du silence après la publication des résultats
Le journal Rfi, à sa Une, parle de la stratégie gagnante de Yewwi-Wallu. « L’alliance d’opposition sénégalaise met Macky Sall en échec », titre le média français. « Stratégie gagnante pour l’alliance d’opposition au Sénégal. Le camp présidentiel « Benno Bokk Yakaar » n’obtient qu’une majorité relative aux élections législatives. Une fois encore, une mécanique d’alliance vient de faire la démonstration de son efficacité face au pouvoir… 82 sièges de députés pour la majorité sortante au Sénégal, c’est 43 de moins qu’il y a cinq ans. À l’inverse, les coalitions d’opposition « Yewwi Askan Wi », menée entre autres par Ousmane Sonko, et « Wallu Sénégal », de l’ancien président Abdoulaye Wade, remportent respectivement 56 et 24 sièges, soit 80 au total pour cette alliance », écrit le média.
Même son de cloche chez Franceinfo, qui titre : « le président Macky Sall n’a plus la majorité absolue à l’Assemblée ». « La coalition du président Macky Sall, « Benno Bokk Yakaar », passe de 125 députés en 2017 à 82, sur les 165 que compte l’Assemblée, selon les résultats officiels provisoires de la Commission nationale de recensement des votes (CNRV). Pour la première fois dans ce pays d’Afrique de l’Ouest réputé pour sa stabilité, la formation au pouvoir perd la majorité absolue et devra s’appuyer sur d’autres forces au Parlement pour faire passer ses lois », écrit Franceinfo dans ses colonnes.
« L’opposition confirme sa dynamique initiée lors des élections locales de janvier, notamment dans certaines grandes villes, et gagne 80 sièges de députés au total : 56 pour la coalition Yewwi Askan Wi et 24 pour celle de Wallu Sénégal – les deux ayant formé une alliance pour les législatives », écrit pour sa part France24.
Au Burkina Faso, le quotidien Wakat Séra parle d’une « percée fulgurante » de l’opposition. Selon ce journal, ces législatives sont « en réalité comme le premier tour de la présidentielle de 2024 » au Sénégal. « Les grandes manœuvres sont, sans doute, déjà enclenchées », estime Wakat Séra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Maimouna Astou Yade : “La révision du Code de la famille doit être un impératif pour les parlementaires nouvellement élus”
Next post Education : les filles sont meilleures que les garçons à l’école, la preuve en chiffres