La libération des otages au Mali «payée cher» selon le président burkinabé

La libération des otages au Mali «payée cher» selon le président burkinabé

Spread the love

Que veut dire le président du Burkina quand il estime que la libération la semaine dernière de plusieurs otages étrangers, parmi lesquels la française Sophie Pétronin, et du chef de l’opposition au Mali, en contrepartie de l’élargissement de quelque 200 prisonniers djihadistes, a été « payée cher »?

C’est le message développé par Roch Marc Christian Kaboré dans une interview à France 24 et RFI diffusée jeudi. Le chef d’Etat burkinabé a salué la libération des otages, avant d’affirmer n’avoir « pas du tout » été au courant des tractations, notamment de la libération du cerveau présumé de l’attaque djihadiste de 2016 à Ouagadougou.

« On a suivi les événements comme tout le monde […] c’est le Mali qui a décidé de pouvoir gérer cette situation », explique-t-il, « c’est une négociation entre l’Etat malien et le camp des preneurs d’otage ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.