La campagne de vaccination au Japon au ralenti, du fait d’une pénurie

La campagne de vaccination au Japon au ralenti, du fait d’une pénurie

La campagne de vaccination contre le coronavirus au Japon progresse avec une extrême lenteur, plombée par une pénurie de doses de vaccins et de seringues spécifiques, ce qui souligne le défi immense auquel fait face le pays pour atteindre son objectif de vacciner tous les adultes d’ici la fin de l’année.

Trois semaines après le début des vaccinations, près de 46.500 doses seulement ont été administrées, à des membres du personnel hospitalier, selon les données arrêtées vendredi.

A titre de comparaison, près de sept fois plus de doses ont été administrées en Corée du Sud, où les vaccinations ont débuté une semaine plus tard qu’au Japon.


Vidéo: Vaccins anti-Covid-19 : vigilance autour des effets secondaires (France 24)

Video Player is loading.

Current Time 1:50
Duration 3:42
Loaded: 50.78%

0

Vaccins anti-Covid-19 : vigilance autour des effets secondaires

  • Ministre britannique de la vaccination : "Nous espérons vacciner tous les adultes d’ici fin juillet"Logo de France 24
  • Covid-19 : Vers un retour à "une vie plus normale" mi-avril ?Logo de France 24
  • Philippe Bohn : "Il y a une surcapacité de production d'avions"Logo de France 24

Au rythme actuel, il faudrait 126 ans pour vacciner l’ensemble des 126 millions d’habitants du Japon.

Les livraisons de vaccins devraient toutefois s’accélérer dans les prochaines semaines.

Contrairement à de nombreux pays, le Japon requiert que les nouveaux médicaments, dont les vaccins, fassent l’objet d’essais cliniques avec des patients japonais, ce qui ralentit le processus d’homologation. Jusqu’à présent, seul le vaccin développé par Pfizer avec BioNTech a été approuvé.

Les vaccins d’AstraZeneca et de Moderna, dont les tests ont été effectués, attendent d’être autorisés pour utilisation.

« Il n’y a pas, à mon avis, le même sentiment d’urgence chez le gouvernement que dans d’autres pays du G7 », a déclaré Haruka Sakamoto, chercheuse à l’université de Keio, notant les nombres relativement bas de contaminations et de décès liés au COVID-19 au Japon.

Environ 438.000 infections ont été confirmés dans le pays, tandis que 8.251 décès ont été recensés. Dans la capitale Tokyo, où l’état d’urgence est toujours en vigueur, le nombre quotidien de nouveaux cas a chuté de 2.520 le 7 janvier à 237 le 7 mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.