La Banque africaine de développement réaffirme son engagement dans la lutte contre la désertification et la dégradation des terres lors de la COP 15

La Banque africaine de développement réaffirme son engagement dans la lutte contre la désertification et la dégradation des terres lors de la COP 15

La 15e Conférence des parties (COP 15) de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification s’est achevée sur un engagement mondial unanime à renforcer la résistance à la sécheresse et la restauration des terres.
Cette réunion de deux semaines s’est tenue à Abidjan du 9 au 20 mai 2022. Elle a rassemblé des chefs d’État, des ministres, ainsi que 7 000 délégués de 196 pays. Ils ont lancé à l’unisson un appel sur l’importance de terres saines et productives.
La Banque africaine de développement s’est engagée à lutter contre la désertification et la dégradation des terres en intensifiant ses investissements dans la restauration durable des écosystèmes. La Banque a apporté son soutien au pays hôte, la Côte d’Ivoire, et au Groupe africain de négociateurs. En outre, la Banque a accueilli le Pavillon de l’Afrique pendant la COP 15.
Le pavillon a reçu plus de 1 000 visiteurs et a servi de cadre à 23 événements qui se sont tenus en marge de la conférence. Il a servi d’espace pour le partage des meilleures pratiques et le réseautage entre les parties prenantes qui s’efforcent de réduire les inégalités socio-économiques liées à la dégradation des terres en Afrique.
La Banque s’est également entretenue avec un large éventail de partenaires régionaux, tels que l’Agence panafricaine de la Grande Muraille verte et le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel. Parmi les questions importantes abordées lors de ces discussions figurent la sécurité alimentaire, la restauration des terres, la fragilité, la sécheresse, le financement du climat, la migration, le rôle de la science et l’implication des acteurs non étatiques, notamment les jeunes et les femmes.
La Banque soutient l’Initiative d’Abidjan », qui a mobilisé 2,5 milliards de dollars lors du sommet des chefs d’État le 9 mai.
La COP 15 a été le théâtre de discussions et d’initiatives régionales en soutien au projet de la Grande Muraille verte, qui vise à transformer une vaste étendue de terres dégradées en une ceinture verte florissante. La Banque africaine de développement contribue à ce projet à hauteur de 6,5 milliards de dollars.
Lors de la COP 15, la Banque africaine de développement a réaffirmé son engagement à lutter contre la désertification et la dégradation des terres et à atténuer les effets de la sécheresse. La Banque estime que la transformation de l’Afrique face au changement climatique passe par la restauration des terres en écosystèmes sains et productifs.
Après deux semaines de discussions et de négociations de haut niveau, la COP 15 a suscité un élan en faveur de mesures décisives et à fort impact.
La conférence a adopté 38 décisions pour accélérer la mise en œuvre d’initiatives visant à lutter contre la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse. Ces initiatives généreront des investissements dans des actions de restauration des terres à grande échelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.