Inceste (1/3) : «J’ai le même père que ma mère», le choquant récit de Marème

Dans un article consacré à l’inceste, dans son édition de ce mardi, L’Observateur a recueilli les témoignages de trois victimes dont les noms ont été changés. Nous vous proposons ci-dessous nous vous proposons le récit poignant de celle que le journal surnomme Marème Sarr. Elle a 17 ans.

«C’était une terrible dispute. A Bamako où nous sommes établis, ma famille et moi, une vive altercation a éclaté entre mes parents et nos voisins. Ces derniers ont demandé à mes parents de me dire qui étaient véritablement mes parents. Ils leur ont dit : ‘Tout le monde sait ici que la fille que vous présentez comme la vôtre ne l’est pas en réalité. Nous tous ici, savons que sa maman a été violée et mise enceinte par son propre papa. Elle a le même père que sa mère.

«Ce prédateur sexuel a gâché la vie de ma mère. Il est à l’origine de tous nos malheurs. Aujourd’hui, je ne trouve plus ma place dans la société. Car, on ne peut pas partager le même père avec sa mère, et être heureuse. Ma mère biologique et moi sommes les victimes du comportement irresponsable et malhonnête de notre père.

«Depuis que j’ai appris la vérité, je passe des nuits entières sans fermer l’œil. A chaque fois, j’ai des envies suicidaires. (…) Il me fallait la vérité. J’ai passé des mois à chercher des preuves. C’était plus fort que moi. Ma famille voulait me faire taire. Ma mère, qui a refait sa vie avec un homme à Thiès, me retenait. Ma quête de vérité explique ma présence au Sénégal, auprès de ma grand-mère qui, comme ma mère, a coupé tout lien avec ce monstre.

«L’essentiel pour moi, c’est de retrouver mon père pour lui déverser ce que j’ai gardé dans mon cœur durant ces 17 longues années que j’ai vécu dans le noir et l’ignorance totale. Mais surtout lui demander les raisons qui l’ont poussé à abuser sexuellement de sa propre fille, alors qu’il avait à l’époque trois épouses.»

(A suivre)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Lutte : Gris Bordeaux a déjà un autre combat, et c’est du lourd
Next post Un coin littéraire: Le destin tragique des fils de Léopold Sédar Senghor