Guerre d’Algérie et l’affaire Ali Boumendjel : l’aveu du Président Emmanuel Macron

Guerre d’Algérie et l’affaire Ali Boumendjel : l’aveu du Président Emmanuel Macron

Spread the love

Cela faisait partie des propositions pour une « réconciliation des mémoires » entre Paris et Alger formulées dans le rapport de l’historien français Benjamin Stora.
« Ali Boumendjel ne s’est pas suicidé. Il a été torturé puis assassiné. » L’Elysée a annoncé, mardi 2 mars, la reconnaissance par la France de l’assassinat, maquillé en suicide, de l’avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel pendant la « bataille d’Alger » en 1957. Cela faisait partie des propositions pour une « réconciliation des mémoires » entre Paris et Alger formulées dans le rapport de l’historien français Benjamin Stora.
« Au cœur de la Bataille d’Alger, il fut arrêté par l’armée française, placé au secret, torturé, puis assassiné le 23 mars 1957. Paul Aussaresses avoua lui-même avoir ordonné à l’un de ses subordonnés de le tuer et de maquiller le crime en suicide », écrit l’Elysée, qui décrit un « geste de reconnaissance, qui n’est pas un acte isolé ».
Emmanuel Macron dit vouloir « poursuivre le travail engagé depuis plusieurs années pour recueillir les témoignages encourager le travail des historiens par l’ouverture des archives, afin de donner à toutes les familles des disparus, des deux côtés de la Méditerranée, les moyens de connaître la vérité ».
Avocat réputé et ardent militant anticolonialiste, Ali Boumendjel fut membre de l’Union démocratique du manifeste algérien. « Ali Boumendjel laissait derrière lui un héritage politique important. Ses combats et son courage ont marqué à jamais les esprits algériens et français », décrit l’Elysée dans son communiqué.
Avec Franceinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.