Entretien avec Seneweb, Rts, Itv et « le Soleil » : « Macky Sall s’inscrit dans une démarche suspecte et dilatoire » (Momar Diongue)

Le chef de l’État Macky Sall va animer une interview exclusive ce jeudi 22 février 2024 à 19 h, avec quatre organes nationaux, dont Seneweb, la Rts, iTv et « le Soleil ».  Un entretien qui intervient dans un contexte tendu où tous les citoyens attendent avec impatience l’annonce de la date pour la Présidentielle. 
 
Cependant, selon le journaliste et analyste politique Momar Diongue, la forme de communication choisie par le président Macky Sall pose problème. Beaucoup de sujets seront abordés alors que ce qui préoccupe les Sénégalais aujourd’hui, c’est la tenue de l’élection avant le 2 avril.
 
« On a comme l’impression que le président de la République s’inscrit maintenant dans une démarche pour le moins suspecte. On a vu qu’il cherche à gagner du temps. Or, on a vu la promptitude avec laquelle le président de la République avait eu à prendre une décision consistant à abroger le décret convoquant le collège électoral pour le 25 février 2024. Et à l’époque, il l’avait fait à dix heures seulement de l’ouverture de la campagne, après avoir consulté uniquement le président de l’Assemblée, la présidente du Haut conseil Aminata Mbengue Ndiaye, le président du Conseil économique, social et environnemental, et le président du Conseil constitutionnel », rappelle le journaliste.
 
 Cette fois-ci, explique le cofondateur du quotidien  »Le vrai Journal », « on a comme l’impression que pour fixer une date, le président veut consulter les forces vives, la société civile, etc. Il a élargi délibérément l’aspect de consultation. Ça, c’est la première chose. Et c’est assez surprenant. La deuxième chose, c’est qu’il faut s’entendre sur les termes. Est-ce que le président veut ouvrir carrément un dialogue ? Lequel dialogue permettra d’aborder un éventail très large de sujets ? Ou devrait-il s’agir uniquement de concertation pour fixer la date de l’élection et voir dans quel réaménagement il faudra faire pour pouvoir organiser une campagne électorale qui sera forcément réduite, etc. ? »; se demande-t-il.
 
Poursuivant, s’interroge l’analyste politique, « on a comme l’impression qu’en lançant un dialogue, le président veut brasser large et ne veut pas se prononcer sur la question ponctuelle de la fixation de la date de l’élection présidentielle et des aménagements à faire. La troisième chose qui prouve que le président est dans une démarche suspecte et qu’il fait du dilatoire, c’est la forme de communication qu’il a choisie pour ce soir. Il a convié un certain nombre d’organes de presse. Ça veut dire que beaucoup de sujets seront élaborés et abordés. Et ça risque d’être un entretien qui peut aller dans tous les sens. 
 
Ce qui diffère radicalement des deux formes de déclaration que le président a eu à faire le 3 juillet 2023, quand il s’était agi d’annoncer sa décision de ne pas briguer un troisième mandat, il avait lancé un message solennel aux Sénégalais. Le 3 février dernier également, pour annoncer sa décision d’abroger le décret convoquant le collège électoral, il avait fait une adresse à la nation ».  
 
Et cette fois-ci, « en choisissant cette forme de communication, ça veut dire que tout simplement le président n’est pas prêt à avoir une réponse tranchée, nette, sur la seule question qui préoccupe aujourd’hui les Sénégalais, c’est-à-dire la date de l’élection présidentielle », indique Momar Diongue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Pierre Goudiaby Atepa : « Ce que j’attends de Macky Sall avant sa prise de parole »
Next post Poursuite de sa campagne électorale : Khalifa Ababacar Sall, droit dans ses bottes