Axe Ziguinchor-Bignona : La grève des transporteurs immobilise les véhicules « 7 places »

Le déplacement entre Bignona-Ziguinchor pour les usagers des véhicules 7 places est bloqué depuis hier. La grève des transports est passée par-là.
 
A la gare routière de Bignona où nous nous sommes rendus ce matin pour prendre ces types de voitures pour Ziguinchor, c’était quasiment vide. Les rares véhicules 7 places trouvés sur place ne sont pas autorisés à bouger, même pour les autres destinations. L’espace de stationnement de ces voitures de transport entre Bignona et Ziguinchor d’habitude bruyant, est resté calme comme un cimetière. Même situation du côté du bureau d’enregistrement. A. Badji, un des chauffeurs trouvés sur place de explique: « Les chauffeurs qui veulent faire la navette ne peuvent pas le faire, ils ne sont pas autorisés ».
 
Le secrétaire général du syndicat de l’Union des routiers section Ziguinchor se dit satisfait du respect du mot d’ordre. Selon Ousmane Thiam dit Thiamas par ailleurs vice-président chargé de la surveillance à la gare routière de Ziguinchor, cette grève est observée à 100% du côté de la gare routière. L’inter-urbain n’a pas marché. Les taxis jaune-noirs n’ont pas travaillé. Les taxis bagages n’ont pas travaillé, même les taxis banlieue qui sont les clandos n’ont pas travaillé, dit-il au bout du fil. Cependant, les cars urbains « Tata », assurent la navette au niveau de la commune de Ziguinchor et autres motos Jakarta. Pour le secrétaire général du syndicat des routiers, ces voitures « Tata », ont été affrétés par l’État. Et donc les propriétaires de ces véhicules sont en partenariat avec l’État. Ce dernier dit être à l’écoute de leurs responsables au niveau national par rapport à la poursuite ou non de cette grève.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Affaire Adji Sarr : Le juge Oumar Maham Diallo, cible des flèches d’Ousmane Sonko
Next post Arrestation de Nit Doff : Le Frapp accuse Macky Sall d’œuvrer à la déstabilisation du pays