Amilcar Cabral : Le Portugal lui accorde une distinction plus de 40 ans après sa mort

Amilcar Cabral a été honoré en fin de semaine dernière au Cap-Vert. Le leader historique de l’indépendance de la Guinée Bissau et du Cap-Vert a été admis dans l’ordre de la liberté du Portugal (ordre honorifique qui distingue des personnes et des collectivités en raison de leurs actions en faveur de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme). La cérémonie s’est déroulée sur l’île capverdienne de Sao Vicente en présence du président portugais Marcelo Rebelo de Souza, de son homologue capverdien José Maria Neves, de l’ancien président Pedro Pires et du président de la Fondation Amilcar Cabral.
Marcelo Rebelo de Souza  a salué la mémoire d’un « grand homme ». « Il était un pionnier, parmi les pionniers, peut-être le plus universellement connu pour ce qu’il était, pour ce qu’il symbolisait, pour ce qu’il symbolise aujourd’hui et symbolisera demain : le grand homme Amilcar Cabral » a déclaré le Président portugais. Il a ensuite remis à la famille du leader indépendantiste, le Grand Collier de l’ordre de la liberté, au nom du Portugal. L’université de Mindelo qui accueillait cette cérémonie de distinction, a aussi accordé le titre de Docteur Honoris Causa à Amilcar Cabral.
 
Il est assassiné en 1973, six mois avant l’indépendance de la Guinée-Bissau
 
 L’homme a été assassiné en Guinée Conakry en 1973 par des membres de la branche militaire de son parti (Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert) en relation avec des agents des autorités portugaises. Son assassinat est intervenu six mois seulement avant l’indépendance de la Guinée Bissau. Il ne verra donc jamais la reconnaissance de l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert par le Portugal . Une cause pour laquelle il avait combattu pendant plus de 20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post [Vidéo] Pétrole du Sénégal et Franck Timis: Le député Ayib Daffé réclame plus de transparence
Next post « La traque d’un dictateur » : Un livre sur Habré présenté à la CPI