Afrique du Sud: la présidente du Parlement risque une arrestation pour corruption

La justice sud-africaine a rejeté mardi un recours en urgence de la présidente du Parlement, visée par des accusations de corruption, ouvrant ainsi la voie à une possible arrestation de cette figure du parti au pouvoir à deux mois d’élections législatives cruciales.
 
Présidente du Parlement depuis 2021 et membre du tout-puissant Comité exécutif national (NEC) de l’ANC au pouvoir depuis la fin de l’apartheid, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, 67 ans, est accusée d’avoir perçu d’importantes sommes en espèces d’un contractant militaire lorsqu’elle était ministre de la Défense (2014-2021).
 
Après une perquisition à son domicile il y a deux semaines, Mme Mapisa-Nqakula a déposé un recours pour tenter d’éviter une arrestation qu’elle a qualifiée d' »illégale » au vu des « minces » preuves rassemblées contre elle.
 
« Ce tribunal n’est pas en mesure de déclarer qu’une arrestation qui n’a pas encore eu lieu est illégale ou qu’elle serait illégale », a estimé la juge Sulet Potterill au tribunal de Pretoria, annonçant « ne pas donner suite à ce recours ».
 
« Si le tribunal accédait à une telle demande, il ouvrirait les vannes pour que chaque suspect puisse invoquer la faiblesse des charges retenues contre lui et empêcher son arrestation », a-t-elle poursuivi.
 
Relevant que Mme Mapisa-Nqakula a eu droit à être représentée par un avocat avant même d’être possiblement arrêtée, la juge a souligné que « ce n’est pas comme si les représentants de l’État n’avaient pas été indulgents », puisqu’ils ont déjà « laissé s’écouler deux semaines » depuis la perquisition de son domicile dans un quartier cossu de Johannesburg.
 
Au lendemain de cette perquisition, la présidente du Parlement, qui n’est pas formellement inculpée à ce stade, avait annoncé se mettre en « congé spécial » avec effet immédiat.
 
L’affaire survient à deux mois d’élections générales à risque pour le parti historique, en perte de popularité, notamment en raison d’une réputation entachée par les affaires.
 
Les Sud-Africains sont appelés aux urnes le 29 mai pour renouveler leur Parlement, qui désignera le prochain président. Selon les enquêtes d’opinion, l’ANC, également plombé par un climat socio-économique morose, risque pour la première fois de perdre sa majorité absolue.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post [Portrait] Bassirou Diomaye Faye, une trajectoire fulgurante jusqu’au sommet de l’Etat
Next post Société : Situation inédite au Sénégal, deux Premières dames au palais présidentiel