Affaire Sonko contre Adji Sarr : Pourquoi Cheikh Yérim Seck a déclaré Macky Sall non coupable

Chapitre 16. Cheikh Yérim Seck décide enfin de s’exprimer sur le dossier opposant le patron de Pastef, Ousmane Sonko à la masseuse Adji Raby Sarr. «Cette affaire Sonko qui fait l’affaire de Macky Sall », l’a-t-il mis en exergue dans son livre «Macky Sall face à l’histoire : passage d’un scanner d’un pouvoir africain». Et là, l’auteur a lavé à grande eau le Chef de l’État dans ce dossier estampillé viols et menaces de mort. Ses raisons, il les a dévoilées. «On doit à la vérité de dire que Macky Sall ne s’est pas assis dans un cabinet noir pour concocter, avec des barbouzes, un complot visant à faire tomber Ousmane Sonko pour viol. Pour preuve, si l’État avait décidé de mettre ses énormes moyens au service d’un complot. l’affaire Adji Sarr n’aurait pas eu toutes les failles qui y ont été constatées. On peut même dire que le président de la République n’a jamais voulu attaquer son plus virulent opposant en bas de la ceinture», a-t-il d’emblée signalé.
 
 
Rapportant ses preuves, Cheikh Yérim Seck a «révélé» deux événements. Il raconte : «À la veille de l’élection présidentielle de février 2019, le ministre de l’Intérieur avait été saisi par des agents de police en patrouille qui lui avaient signifié avoir trouvé, à l’intérieur d’un véhicule garé dans un endroit suspect sur la corniche-ouest de Dakar, Ousmane Sonko et une femme de nationalité gambienne dans une position délicate. Lorsque cette information a été remontée au Palais, compte tenu de la qualité de la personne concernée, instruction a été donnée de laisser les deux personnes libres de leurs mouvements ».
 
 
«Sonko, la Gambienne et la femme résident au Maroc »
 
 
 
 Avant de poursuivre : «Lorsque, au cours de la préparation de la campagne électorale, un ministre très agité a proposé que cet épisode de la corniche soit évoqué pour décrédibiliser le candidat de Pastef, Macky Sall l’a stoppé net : ‘’Il ne faut pas glisser sur ce terrain. Allez convaincre les militants et appeler à voter pour la victoire. Montrez que notre projet est meilleur que le sien. Et que nous avons fait un bilan qui mérite qu’on nous refasse confiance.’’ ». Pis, l’ancien celui qui égalemnt écrit « Ces goulots qui étranglent le Sénégal » d’ajouter que «quelques années plus tard, lorsqu’une affaire de mœurs impliquant prétendûment Sonko et une femme résidant au Maroc a été rapportée en haut lieu, Macky Sall a réagi : ‘’C’est sa vie privée, ça le regarde.’’ ».
 
 
 
Sur ce, l’auteur de «Macky Sall face à l’histoire » affirme que lorsque, en février 2021, la masseuse Adji Sarr a déposé une plainte pour viol contre le leader de Pastef, Macky Sall l’a appris le lendemain, sur le filet du renseignement. Il a d’ailleurs, selon lui, pour compléter ses informations sur l’affaire, consulté des connaisseurs de la vie mondaine à Dakar comme Yakham Mbaye et Mame Mbaye Niang. «Puis, naturellement, il a suivi ce dossier sensible – d’ailleurs signalé – compte tenu du pedigree de la personne mise en cause », informe Cheikh Yérim Seck.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Accusations de viols sur une masseuse : Cheikh Yérim Seck fait la leçon à Ousmane Sonko
Next post Dagana : accident d’une voiture de patrouille de l’armée sénégalaise