Adduction en eau, infrastructures routières, sanitaires : Nguéniène et environ toujours dans l’attente

À part la route goudronnée cahoteuse qui mène à Nguéniène et ses environs, la bourgade manque de tout. La localité affiche des insuffisances préoccupantes, notamment dans l’adduction en eau, l’électricité, les routes…
La population attend toujours sa part dans les infrastructures. Des cases en paille entourées de palissades de la même matière cohabitent avec des bâtiments en dur. Les habitants aimeraient bien avoir un semblant d’émergence pour leur commune, notamment de l’eau qui coule à flot des robinets, de l’électricité, des infrastructures sanitaires, scolaires modernes et équipées. 
 
« L’eau est un besoin pour tous, une nécessité. Mais nous n’en avons pas. Par manque d’eau, nous sommes confrontés à beaucoup de problèmes. Quand nous avons d’importantes cérémonies, nos habitants font recours à des citernes qui viennent d’ailleurs pour nous alimenter en eau », déplore Bougar Diouf, responsable politique à Nguéniène. En effet, la vie est dure pour les habitants et ça l’est  encore plus pour les personnes qui tombent malades ». 
 
Dans cette bourgade, rien n’a changé depuis que l’on parle d’émergence au Sénégal. Le manque de moyens est soulevé partout. C’était d’ailleurs le cas lors d’une finale de football, jouée en l’honneur du responsable politique Bougar Diouf, samedi dernier, dans le village de Ndianda.
 
Il fait de l’adduction en eau, la création de services de base et l’emploi des jeunes sa préoccupation majeure. Il souhaite que sa commune et les villages environnants soient dotés d’infrastructures scolaires et sportives adéquates. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Cheikh Oumar Diagne (encore) convoqué à la DIC
Next post Assemblée nationale : Macky Sall a fixé la date d’ouverture de la première session