14 ans sous une fausse identité : L’histoire incroyable L. A. Doucouré….

Incroyable ! Une histoire d’usurpation d’identité qui a duré 14 longues années. L. A. Doucouré est parvenu pendant ce temps à se faire passer pour B. Kanouté. Alors que le dernier nommé attendait avec espoir son certificat de nationalité française, l’autre s’en est emparé ainsi que de tous ses documents. Il a même vécu sa vie. En effet, L. A. Doucouré a même travaillé dans un hôpital en France. Il a été interpellé à l’aéroport international Blaise Diagne puis déféré au Parquet ce 08 août 2022 pour association de malfaiteurs, usurpation d’identité, et faux et usage de faux
 
 Retour sur les faits
 
Tout a commencé en 2008. B. Kanouté avait introduit une demande au niveau du Consulat général de France à Dakar pour obtenir un certificat de nationalité française de par son papa qui est naturalisé Français.. 
 
Quelques jours plus tard, le Consulat général de France à Dakar, lui a envoyé une convocation relative à sa requête vers la boîte postale attribuée à son papa et qui est également utilisée par le voisinage. Mais elle a été interceptée par un certain I. Ndiaye qui après a aidé L. A. Doucouré à se faire délivrer une Carte nationale d’identité et un permis de conduire sénégalais au nom du plaignant B. Kanouté 
 
Avec ces faux documents, L. A. Doucouré en compagnie de I. Ndiaye se sont présentés au Consulat général de France à Dakar à la date et à l’heure indiquée sur ladite convocation et ont réussi à se faire remettre le certificat de nationalité française au nom de B. Kanouté. 
 
La même année, Doucouré a rejoint la France via l’Espagne. Depuis, il vit dans l’opulence. Chaque année, il vient en vacances pour passer de bons moments avec sa dulcinée à qui il a d’ailleurs caché sa vraie identité. Vue qu’elle appelle son Roméo ‘’Kanouté’’,  
 
Visiblement le sieur Doucouré, a complétement oublié son nom de naissance pour adopter celui du plaignant
 
Pis, le modou modou présumé faussaire n’avait sûrement pas mesuré l’ampleur de ses dégâts. En effet, avant de fouler le sol français, il a eu à se procurer de faux extraits de naissance sénégalais, se présentant comme étant papa de plusieurs enfants. Il voulait déposer leur identité au niveau du Trésor public français et éviter les impôts.
 
Le modou modou faussaire cueilli à l’AIBD
 
 
A en croire nos sources, le plaignant avait déposé une plainte en 2010 au niveau de la DIC, sans suite. Il a formulé une autre plainte auprès du Procureur qui a jugé nécessaire de saisir pour enquête la Division Nationale de la Lutte contre le Trafic de Migrants et pratiques assimilées (DNLT).
 
Le mis en cause a été interpellé à l’aéroport international Blaise Diagne alors qu’il revenait de France pour les vacances. Devant les éléments du Commissaire Faye, il a, sans ambages, reconnu tous les faits.
 
Ainsi, Monsieur Doucouré devra encore patienter avant de refouler le sol français car il a été déféré au parquet ce 08 septembre pour association de malfaiteurs, usurpation d’identité, et faux et usage de faux. Sûrement, le dossier sera envoyé en Instruction vu toutes les zones d’ombre à éclaircir.
 
En attendant trois personnes qui auraient délivré les faux extraits de naissance à L. A. Doucouré pour ses supposés enfants sont activement recherchées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Lettre ouverte au Directeur général de la compagnie aérienne Air Sénégal
Next post Mimi Touré refuse de démissionner et annonce un projet de loi sur les incompatibilités familiales